Covid-19 : à l’hôpital, la « déprogrammation » d’autres patients monte d’un cran