Le « modèle chinois » de souveraineté d’Internet gagne du terrain