Ces universitaires veulent savoir pourquoi les footballeurs ont cinq fois plus de probabilités d’avoir des maladies cérébrales