Covid 19 : l’expérience africaine, l’échec de l’Oms et les choses à faire

par Guido Talarico

La pandémie de coronavirus, comme nous l’avons vu, a été traitée de différentes manières. Chaque pays, de la Chine à l’Italie, des États-Unis à la Grande-Bretagne ou au Brésil, a combattu le Covid-19 en adoptant des stratégies différentes. Cela montre en soi qu’il n’y a pas eu, et qu’il n’y a toujours pas, de vision unique de la manière de traiter le virus, que ce soit en termes sanitaires ou sociaux et économiques. L’histoire nous dira qui a eu la meilleure approche, même si certains résultats indiquent déjà les meilleures pratiques. L’Afrique n’échappe pas à cette logique. Même sur le jeune continent, qui est potentiellement le plus exposé à la pandémie en raison de la pauvreté encore trop répandue et des mauvaises infrastructures sanitaires, le virus a été combattu de différentes manières.  Prenons quatre nations différentes, l’Érythrée, la Guinée, Madagascar et le Burundi, comme exemples de la manière dont l’Afrique a traité le Coronavirus.

Petite mais efficace, l’Érythrée a placé la personne au centre de sa prévention et de son traitement. Le gouvernement a immédiatement imposé le lockdown, ce qui n’est pas facile à mettre en œuvre en Afrique où le smartworking n’existe en fait presque pas et où les logements ne répondent pas aux normes occidentales. Néanmoins, les Erythréens, notoirement disciplinés, ont respecté le confinement et se sont volontairement soumis aux contraintes imposées par les autorités. Dans le même temps, le gouvernement d’Asmara, présidé par Isaias Afewerki, a pris deux directions : il a soutenu la population avec une aide alimentaire substantielle et, en même temps, a effectué de nombreux prélèvements afin d’identifier et d’isoler les personnes infectées avec un certai empressement.

C’est une politique qui a également porté ses fruits car, au cours des 20 dernières années, le gouvernement d’Asmara a investi dans le système sanitaire malgré la guerre et l’isolement. En Érythrée, où la prévention et la surveillance se poursuivent, le virus est désormais sous contrôle effectif. Il faut le préciser. L’Érythrée a pu résister pendant plus de 20 ans à une guerre injuste menée contre des ennemis beaucoup plus puissants, précisément parce que le pays a toujours eu confiance et s’est réuni sous la direction de son président, le leader révolutionnaire et père de la nation Isaias Afewerki. Une unité qui, même à ce stade, porte ses fruits et apporte des résultats que d’autres nations plus célèbres que l’Érythrée, comme l’Afrique du Sud, n’obtiennent pas.

En Guinée, cependant, l’approche a été différente. Le Président de la République, Alpha Condé, qui, il ne faut pas l’oublier, est professeur d’économie, avec une formation de maître de conférences à la prestigieuse Université de Science Po à Paris, a traité l’urgence en ajoutant l’aspect santé à l’aspect socio-économique. En premier lieu, il a mis en place toutes les activités de traitement et de prévention qu’il était possible d’activer, avec la fermeture des frontières et les couvre-feux nocturnes au-delà du verrouillage, bien sûr. Des mesures qui, dans un pays équatorial habitué à vivre et à travailler en plein air, étaient objectivement difficiles à mettre en œuvre. Puis, il a consacré tout son poids d’homme d’État international à mettre la question économique du continent tout entier à la disposition des milieux d’affaires. Alpha Condé a notamment pris fermement position en demandant l’annulation de la dette publique de la Guinée et de l’Afrique comme seul moyen de remettre l’économie sur les rails et de créer ainsi des millions d’emplois.

Condé a un cursus très important : pendant 42 ans, il a été un opposant aux régimes totalitaires qui se sont succédés pour contrôler son pays, condamné à mort par contumace et emprisonné pendant deux ans, a gagné les premières élections démocratiques en 2010, a été réélu en 2015 et a également été président de l’Union africaine de 2017 à 2018. Bref, une grande carrière politique, le résultat d’une crédibilité personnelle incontestée. Egalement dans le secteur de la santé. En effet, entre 2014 et 2016, la Guinée a été l’un des pays les plus touchés par le virus Ebola, avec un taux de mortalité d’environ 60%, bien plus élevé que celui généré par le Coronavirus. Pour faire face à cette urgence de l’époque, des laboratoires ont été créés pour diagnostiquer les fièvres hémorragiques. Une expérience dramatique que les Guinéens n’ont pas oubliée. Ces laboratoires s’avèrent aujourd’hui inestimables pour lutter contre le nouveau virus. Mais ce qui préoccupe le plus Condé, ce sont les conséquences économiques du Covid-19. Si les Africains se montrent assez résistants au virus – en raison des nombreuses pandémies qui ont déjà frappé le continent – sur le plan économique, les faiblesses se manifestent dans tout leur drame. Il suffit de dire que la Guinée à elle seule perdra pas moins de 290 millions de dollars US à cause de la pandémie. C’est pourquoi l’ancien président de l’Union africaine se bat pour que les pays riches apportent une aide concrète et immédiate à l’ensemble de l’Afrique.

“L’Afrique souffre avant tout du fort ralentissement des importations et des exportations. Afin d’atténuer les conséquences sociales de la crise, nos partenaires économiques devraient annuler totalement nos dettes publiques, remettre à plus tard nos dettes commerciales, donner aux pays africains une plus grande flexibilité en matière de déficits budgétaires et accorder de nouvelles ressources financières. Sans cette aide, nous ne serons pas en mesure de faire face aux crises sanitaires et économiques dramatiques que le virus génère”, a déclaré M. Condé dans une récente interview.

Ensuite, il y a le cas du Madagascar. Une troisième voie complètement autarcique. Le président, Andry Rajoelina, a annoncé, non sans clameur, qu’il veut quitter l’Oms, accusant l’Organisation mondiale de la santé d’une faute très grave, à savoir de vouloir utiliser la pandémie pour maintenir l’Afrique sous chantage. Rajoelina a également demandé aux nations de son continent de le suivre sur cette voie, affirmant également que son pays est capable de lutter contre le Coronavirus en utilisant un médicament extrait de l’armoise (une substance naturelle également efficace contre le paludisme) et d’autres herbes qui poussent au Madagascar. Un médicament préparé localement, qui selon Rajoelina est capable de guérir en dix jours les patients infectés par un coronavirus, mais dont – et c’est l’accusation – l’Occident et l’Organisation mondiale de la santé ne veulent pas savoir. “C’est une drogue curative et préventive”, a déclaré le président, “grâce à laquelle le Madagascar n’a enregistré aucun décès jusqu’à présent. Est-ce un mauvais produit”, a ajouté Mme Rajoelina avec une ironie amère, “parce qu’il est fabriqué par une nation qui est la 63ème plus pauvre du monde… mais qui veut quand même sauver le monde? Analyser et vérifier les données en provenance du Madagascar n’est pas facile, mais la position de ce jeune et féroce président mérite certainement attention et respect, ne serait-ce que pour le courage qui l’anime.

Enfin, il y a la position du Burundi que l’on pourrait qualifier de “négationniste”. Dans le pays qui surplombe les Grands Lacs, le 9 juin, le président Pierre Nkurunziza est mort subitement, officiellement d’une crise cardiaque. Il n’avait que 55 ans. Les chroniques officielles racontent que le président très sportif jouait au volley-ball lorsqu’il a été atteint d’une maladie qui, après une amélioration apparente, l’a submergé et l’a conduit à la mort. Une mort qui a suscité plus d’un soupçon chez les observateurs internationaux. Le journaliste sud-africain Simon Allison, a déclaré sur Twitter que “la grande question est de savoir si le président sortant du Burundi est mort du covid-19 (et si les autorités l’admettront). Le Burundi a pratiquement ignoré le virus, et a même expulsé des représentants de l’Oms du pays. Selon certains articles, la femme de Nkurunziza était positive pour le covid-19″. Un contexte qui est conforme à la ligne que le gouvernement de Bujumbura a adopté depuis le début de la pandémie : minimiser et faire comme si rien ne s’était passé. Une attitude qui n’est pas très différente de celle adoptée dans la première phase par le président des États-Unis, Donald Trump, et le premier ministre britannique, Boris Johnson. À la différence des États-Unis et de la Grande-Bretagne, où, grâce aux systèmes de contrôle des démocraties plus solides, la gravité des effets du virus est apparue à un certain moment, obligeant les dirigeants à se tourner immédiatement vers le front.

En bref, la situation en Afrique confirme ce qui semblait jusqu’à présent être l’orientation mondiale dominante dans la lutte contre le virus, à savoir que chaque pays adapte ses réponses à la pandémie en fonction des circonstances et des commodités locales. Cela est également compréhensible, étant donné que chaque pays a une situation différente en matière de santé, d’économie et d’infrastructures. Le fait le plus alarmant, cependant, est que très peu de choses ont été comprises en termes médicaux. Au-delà des différentes théories plus ou moins conspiratrices sur les origines du mal, même celles qui restent à déchiffrer, on peut en effet dire que la communauté scientifique a été prise de court au point de ne pas pouvoir indiquer un certain chemin.

De l’hyperventilation pulmonaire à la chloroquine, des thérapies transfusionnelles aux anti-inflammatoires, des anti-rhumatismaux au mélange de médicaments antiviraux aux herbes de Madagascar, il semble désormais évident que la communauté médicale a fait une bévue. Une route cahoteuse qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes. À ce stade, la question est celle de l’héritage. Que devons-nous apprendre du coronavirus? Et que devons-nous faire pour atténuer les effets de la prochaine vague du même virus ou d’autres pandémies? La question la plus importante est celle de l’éthique. On ne peut pas laisser les maladies devenir les armes fatales, les outils de pression ou de chantage, et encore moins les leviers de la spéculation financière. Ce risque est extrêmement élevé précisément parce qu’il se nourrit de deux sentiments dangereux, à savoir la peur et l’ignorance. Le monde doit se doter de nouveaux instruments de contrôle capables de contrer efficacement toute tentative d’hégémonie et de prévarication des pandémies. À ce stade, l’Organisation mondiale de la santé a démontré toute son incohérence scientifique et morale, en grande partie due à sa dépendance économique vis-à-vis des centres de pouvoir publics et privés. Cela doit certainement être changé. Tout comme il faut trouver de nouvelles méthodes pour protéger les pays les plus fragiles et les populations les plus pauvres contre les tentatives d’utiliser les urgences sanitaires comme instruments de conquête et de prévarication. Enfin, la question de la santé. Le Covid-19 a montré que le monde n’est pas structuré pour faire face à ce type de pandémie. Et comme nous savons déjà que les risques vont augmenter à l’avenir, il est clair que nous devons investir dans les infrastructures de santé et la recherche scientifique. Ici aussi, nous devons veiller à ce que la recherche ait avant tout un but éthique, à ce que les médicaments et les vaccins aillent à tout le monde et non pas pour gonfler les poches de quelques-uns.

(Associated Medias) all Rights reserved