France Télécom : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »