Jacques Mailhot : « Macron, c’est Clemenceau, mais sans tigre dans le moteur »