Les siffleurs de Corneliu Porumboiu – la critique