Si la réforme des retraites est retirée, Edouard Philippe craint qu’elle soit « très brutale » plus tard