« Pour les jeunes, le sida, c’est une maladie de vieux »